Rechercher

Cancer et droit à l'oubli

Dernière mise à jour : 21 juil.


Après réflexion, je pense qu'il est bon de poser un écrit sur le podcast réalisé semaine dernière et que vous pouvez retrouver ici : https://anchor.fm/.../epi.../Cancer-et-droit--loubli-e1jjvbf


Pour moi le pire truc pendant la maladie (et je ne m'en suis rendue compte qu'après) : c'est la place du conjoint.

Nous on a 1 truc à faire : s'en sortir. La règle est simple : si tu ne te bats pas , t'as 100% de chance de crever. C'est relativement efficace... Mais eux, ceux qui sont là au quotidien, ils doivent tout gérer, la maison, les enfants, eux, la possibilité effrayante que leur moitié peut y rester. Et pourtant, personne ne prend suffisamment soin d'eux. Moi la 1ere, je n'ai pas assez pris soin de mon mari.


Mais pour moi le pire, c'est pas le pendant, malgré les traitements, c'est l'après.


Quand on t'annonces ta rémission, et que tu es sensée reprendre ta petite vie. Mais comment? A ce moment là, on se rend compte qu'on aurait pu y passer. A ce moment là on prend conscience que tout aurai pu basculer, et pourtant c'est le moment où tout le monde te dit, c'est ok. Mais à l'intérieur, c'est pas ok du tout!!!


Quand tu veux repartir sur de bonnes bases, changer de maison, changer de job. Mais non là tu rencontres des sanctions financières : - Ta prime de prévoyance quadruple parce que tu as été malade. - Tu ne peux pas emprunter ou alors une somme ridicule avec une prime d'assurance de fou furieux

Alors aujourd'hui, le droit à l'oubli est passé à 5 ans, c'est super mais 5 ans ça reste quand même incroyablement long quand on y est! 5 ans, on a le temps de faire un enfant et qu'il soit en grande section de maternelle!


Et puis, il y a surtout, les suivis, tous les 6 mois, avec prise de sang, PET Scan, Echo etc... Tous les 6 mois à retenir sa respiration dans une pièce de 2m² à moitié à poil en attendant qu'un médecin viennent vous dire si la maladie régresse comme on le souhaite.


Pour moi, aujourd'hui, la maladie, c'est avant tout le fait d'avoir découvert qui je suis, de m'être autorisée à sortir du cadre, mais c'est aussi tout ça...