burn-out-loyaute
Picture of COLINE ESCOFFIER

COLINE ESCOFFIER

Hypnothérapeute et Energéticienne

Burn-out et loyauté professionnelle

La loyauté professionnelle ne doit pas se manifester à n’importe quel prix. Et encore au moins au détriment de la santé mentale. Il est temps d’arrêter de culpabiliser, car le risque de burn-out est réel. 

Combien de salariés continuent à aller au travail malgré la recommandation d’arrêt du médecin (et même,  parfois, avec l’arrêt maladie dans leur sac) pour ne pas lâcher les équipes malgré un état d’épuisement avancé ?

La loyauté envers les collègues, les clients, le management, la hiérarchie — aussi louable soit-elle, notamment parce qu’elle témoigne d’une conscience professionnelle accrue — n’a pas que de bons côtés. Elle a son travers : la culpabilité (voire la honte) de lâcher les équipes et le refus de s’arrêter alors même que l’on a trop tiré sur la corde et que l’on se sent sur le fil du rasoir. C’est le côté pile et face de la même pièce : on veut bien faire pour le collectif, mais on oublie que si l’on chute, on deviendra parfaitement inutile pour ledit collectif…

Aussi, il n’est pas rare de penser :

  • “Si je m’arrête maintenant, ils vont devoir tout gérer, on a trop de travail… déjà qu’on est en sous-effectif”;
  • “Les collègues vont devoir compenser mon absence en bossant plus” ;
  • “Je ne peux pas leur en rajouter, l’équipe est déjà bien crevée” ;
  • “Ils vont m’en vouloir” ;
  • “Cela ne se fait pas, on est une équipe” ;
  • “Ce n’est vraiment pas le bon moment, on est en surcharge et on a des deadlines hyper serrées” ;
  • “Ça passera… je peux encore tenir, les autres ont besoin de moi”.
  • “Ça mettra une sale ambiance à mon retour” ;
  • “Ce n’est pas mon style de quitter le navire”.

La loyauté est-elle toujours bonne ?

La conscience professionnelle et la loyauté qui en découle sont évidemment précieuses. Ce sont des qualités professionnelles qui manifestent une fiabilité professionnelle souvent recherchée par les entreprises. Mais, continue-t-elle à être juste et opportune lorsqu’elle fait passer la santé de l’entreprise avant la santé personnelle ?

Et quel message est envoyé aux collègues lorsque l’on ne s’autorise pas à s’extraire et que l’on tire sur la corde jusqu’à l’épuisement ? Que penser par exemple d’un manager qui, dans le déni de sa fatigue, n’aura pas écouté les préconisations de son entourage ou du médecin (parfois même le médecin du travail) et s’effondrera un jour au travail ?

Un message de « travail à tout prix », d’oubli de soi et donc de culpabilité pour les autres collaborateurs qui n’oseront pas — par mimétisme — s’arrêter en cas de surchauffe. Les conséquences peuvent être redoutables… pour soi mais aussi, à terme, pour les collègues. N’oublions pas qu’au sein d’une organisation, les comportements fonctionnent souvent par capillarité (ou effet domino) : si un manager ou un membre d’une équipe ne montre pas l’exemple quant aux bonnes conduites à tenir en matière de santé au travail et – plus largement – de risques psycho-sociaux, les autres parties prenantes ne pourront pas adopter les bons réflexes, ceux qui parfois sauvent. À méditer.

Source : My Happy Job – juillet 2023

Partager :

Retour en haut